Un monde dans un autre

Des fourmis marchent en silence
Et portent une tonne de terre
Si sourdes à l’insolence
De l’homme qui fait la guerre

Le vent soufflait si fort
Que l’on aurait pu croire
Au bout de leurs efforts
À la fin de l’histoire

Tu pleures et tu t’agites
Mais la guerrière avance
Sans que son cœur palpite
Ni n’écoute sa souffrance

Dans ton monstre mécanique
Tu crois que tu domines
Ta folie atomique
Et la puissance d’une chine

Baisse toi et contemple
L’œuvre de dame nature
Sois humble devant le temple
De celles qui perdurent

Choc de l’astéroïde
Sans aucun stéroïde
Elles ont traversé l’aride
Sous l’œil des dieux humide

Sur la règle du monde
Tu ne fus qu’un millimètre
Après qu’un poisson ne ponde
La chair de tes ancêtres

Redeviens un apôtre
Qui dans l’amour se vautre
Pardonne toutes les fautes
N’es tu pas la fourmi d’un autre ?

Daniel Tahl
Tous droits réservés 2018

Photo : Rubén Bagüés

Partager sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *