SAUTE !

 

 

Entends-tu cette voix
Qui supplie et t’appelle
Quand doucement tu meurs
Et que tu n’es plus toi

C’est celle d’un cœur
Indomptable et rebelle
Qui se moque de tes peurs
Il chante la vie est belle

Au travers d’une fenêtre
Tu contemples tes rêves
Un avenir, des peut-être
Et un soleil se lève

Tu montes sur le rebord
Sans regrets, sans remords
Si tu restes c’est la mort
Si tu sautes tu es fort

Ouvre tes ailes, envole-toi
Le regard vers le ciel
Entends-tu cette voix
Qui supplie et t’appelle

 

Daniel Tahl
Tous droits réservés 2018

Texte extrait du roman “L’Homme à la tête de chat”

Partager sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *